Bassins et noues d’orages

Discipliner l’eau

La noue ou bassin d’orage : travailler sur la bio-rétention

Pratiquer la bio-rétention consiste à diminuer la quantité et la vitesse de ruissellement des pluies d’orages en intégrant des aménagements sur le parcours de l’eau. Autant dire qu’en Normandie, une noue, c’est assez utile !
En déviant, en aménageant et en stockant, l’eau, de “catastrophique” peut devenir “bienfaisante”. Canalisée, elle favorise les éléments vivants, l’infiltration vers le sous sol des nappes ou met en valeur espaces paysagés urbains ou ruraux.
A chaque surface exposée aux pluies d’orages ou au ruissellement de ces pluies correspond un aménagement approprié. Selon le milieu rural ou urbain, le budget, l’espace disponible, l’altitude, le sol, il faut raisonner l’ampleur de cet aménagement et les fonctions réelles qu’il va remplir. 

Nous pratiquons trois techniques de bio-rétention

  • La noue paysagère ou jardin de pluie : l’eau est stockée jusqu’à infiltration ou évaporation
  • Le réservoir paysager : l’eau est retenue provisoirement puis libérée
  • Les drainages agricoles, rigoles d’irrigation, bassins de rétention : l’eau est acheminée depuis l’endroit où elle tombe jusqu’à un stockage approprié

Alors, vous avez des problèmes d’eau ?

Jean Baudrillard

“L’eau en poudre : il suffit de rajouter de l’eau pour obtenir de l’eau.”
Faucher plutôt que tondre
Création d'un bassin : tirer la bâche
Location : Tracteur d'élagage avec treuil

Faites par vous même !